Worldline annonce que ses plates-formes d’acquisition et d’e-commerce sont prêtes pour le traitement obligatoire des transactions selon la nouvelle norme 3D Secure 2.0. Les transactions en temps réel réalisées pour des commerçants européens - par exemple, dans le secteur de la distribution, des services numériques et de la billetterie - témoignent de la capacité de Worldline à les aider à satisfaire aux nouvelles exigences de la deuxième directive de l’UE sur les services de paiement (DSP2) qui entrera officiellement en vigueur le 14 septembre 2019. Worldline annonce que ses plates-formes d’acquisition et d’e-commerce sont prêtes pour le traitement obligatoire des transactions selon la nouvelle norme 3D Secure 2.0. Les transactions en temps réel réalisées pour des commerçants européens - par exemple, dans le secteur de la distribution, des services numériques et de la billetterie - témoignent de la capacité de Worldline à les aider à satisfaire aux nouvelles exigences de la deuxième directive de l’UE sur les services de paiement (DSP2) qui entrera officiellement en vigueur le 14 septembre 2019.

 

À l’approche de la date limite du 14 septembre, la mise en œuvre obligatoire de la nouvelle norme de sécurité pour les paiements sur Internet constitue un défi d’envergure pour tous les acteurs du secteur des paiements. Conformément aux nouvelles règles de la deuxième directive de l’UE sur les services de paiement (DSP 2), tous les paiements devront être validés par deux facteurs de sécurité (double authentification1) à compter de la date d’entrée en vigueur de la directive. Les règles fixées par la directive DSP2 visent à mieux protéger les titulaires de carte, ainsi qu’à accroître considérablement les possibilités de services pour les clients de chaque banque. Elles s’appliquent à tous les commerçants en ligne de l’Union européenne et de la Suisse.

Une première dans le secteur : les clients de Worldline sont d’ores et déjà prêts pour la DSP2

Worldline est le premier prestataire de services de paiement et acquéreur en Europe à mettre en place la norme 3-D Secure 2.0 sur ses plates-formes d’acquisition et d’acceptation e-commerce. Conjuguant rapidité et expertise, deux préalables au succès de cette intégration, Worldline est le premier PSP européen à traiter des transactions en temps réel pour ses clients, évitant ainsi le recours à des solutions de dernière minute ou le risque d’amendes potentiellement lourdes, conformément aux règles de la DSP2.

Priorité à la facilité d’utilisation et à la sécurité pour l’e-commerce

Le protocole d’authentification forte du client (Strong Customer Authentication ou SCA) a récemment reçu un accueil plutôt défavorable auprès de la profession. Une réaction injustifiée, selon Worldline, qui voit dans cette initiative l’opportunité de renforcer les niveaux de sécurité dans l’e-commerce, d’améliorer le processus de paiement pour les commerçants en ligne grâce à de nouveaux facteurs de sécurité et d’augmenter ainsi les taux de conversion.

Le positionnement de pionnier de Worldline sur le protocole SCA a été largement salué par nombre de ses partenaires ; plusieurs fournisseurs internationaux de serveurs 3-D Secure et onze grandes banques émettrices en Europe ont demandé à Worldline de tester conjointement les fonctionnalités du système en conditions réelles.

Avec la norme 3DS 2.0, les paiements franchissent une nouvelle étape sur les plates-formes Worldline

La nouvelle norme de sécurité pour les paiements en ligne simplifiera, à terme, les paiements par carte dans l’e-commerce à la fois pour les boutiques en ligne et les clients grâce à l’utilisation d’un large spectre de données, à un procédé d’authentification biométrique et à une expérience en ligne améliorée et uniforme. Devant l’essor fulgurant du commerce mobile, ces améliorations en profondeur sont jugées déterminantes pour accompagner l’évolution et la complexité des comportements et habitudes d’achat en ligne dans tous les segments du marché.

Le protocole 3-D Secure 2.0 analyse les données contextuelles des commerçants, et demande aux clients de confirmer leur identité, lors de leurs transactions en ligne, à l’aide de deux facteurs de sécurité. Parallèlement, les transactions à risque faible sont identifiées dans le « frictionless flow », et autorisées sans interaction supplémentaire avec le titulaire de la carte. Ceci offre l’avantage de fluidifier le processus de paiement pour l’acheteur, et diminuer les interruptions de paiement pour les commerçants grâce à une authentification fondée sur le niveau de risque. Des mécanismes intelligents de détection des fraudes permettent, par ailleurs, de réduire sensiblement les escroqueries par carte de crédit. Résultat, un taux moins élevé d’abandon des achats et la fluidification de l’expérience client. 


1 Le protocole d’authentification forte du client (Strong Customer Authentication ou SCA) se fonde sur deux des trois facteurs suivants, au choix : quelque chose que le client « connaît » (ex. : code PIN ou mot de passe), quelque chose que le client « possède » (c.-à-d. un objet physique tel qu’un téléphone mobile, un jeton ou une carte à puce) et quelque chose qui le « caractérise » (c.-à-d. un élément biométrique comme l’empreinte digitale, la reconnaissance vocale, la reconnaissance faciale ou la reconnaissance de l’iris). Sauf exception, l’authentification s’effectue obligatoirement par la combinaison de deux de ces trois facteurs.